Ton amour fend de rides mon vague-à-l’âme
Et trace, sur mon ennui, des sillons chaloupés.
Puis, dans la nuit que cette aube entame,
Mon train-train déraille et devient batelet.

Tu me transportes, j’ai un ticket.
blocks_image